ShopiWaste - La technologie RFID

La technologie RFID

La RFID ou identification par Radio-Fréquences a pour origine le contrôle du trafic aérien Britanique lors de la seconde guerre mondiale et vise à utiliser la radio pour identifier à distancer des objets ou personnes.
L'objet a identifier est dit actif ou passif selon s'il est doter d'une puissance autonome d'émission radio (identification en aviation, voiture au péage, etc).
Dans le monde du déchets, les objets utilisés sont couramment nommés des Tags, des Puces ou des Cartes et sont toujours passifs. L'émission des informations contenues dans la puce RFID n'est alors possible que par la captation,
par une antenne interne à la puce RFID, de l'énergie envoyée par l'antenne d'émission utilisée par un téléphone, un PDA, une benne.

LES FREQUENCES :

La distance d'utilisation de la puce en lecture ou écriture (selon le modèle) est fonction de :
- la taille de l'antenne de réception ou son aptitude à émettre de la donnée
- la taille de l'antenne d'émission et la puissance d'émission ou son aptitude à envoyer de l'énergie à la puce RFID
- la fréquence à laquelle se font les échanges radio. Plus la fréquence est faible, plus les antennes devraient être grandes pour être optimales mais sont malheureusement contraintes par la taille des puces.
On arrive donc à la conclusion étrange que la Basse Fréquence (LF) a une distance d'utilisation plus faible que la Haute fréquence (HF ou UHF).
On notera aussi que plus les informations à échanger sont nombreuses, plus il convient d'utiliser des fréquences élevées.

Dans le monde du déchets, lorsqu'il s'agit simplement d'identifier un contenant, excessivement peu de données sont échangées et la basse fréquence ( 125 Khz ) est la plus courante
même si il existe des fournisseurs qui proposent du 134.2 Khz plus couramment utilisé dans le monde animal. La distance de lecture en LF ne dépasse que rarement les 5 cms.

La fréquence HF ( 13.56 Mhz ) est elle le plus couramment utilisées pour l'identification des personne, par exemple en déchetterie ou en point d'apport volontaire. La distance de lecture en HF avec un PDA par exemple peut atteindre 10 cms, sans énergie importante dépensée.

Il existe aussi, dans le monde du déchets, depuis quelques années des puces UHF qui permettent, à la fois une miniaturisation, une distance de lecture importante et un échange de données rapide.
Ces systèmes sont bien entendu utilisables mais les avantages de cette technologie sont aussi une réeele difficulté pour fiabiliser la lecture des puces. En effet, la performance de cette technologie est telle qu'il est possible
avec un simple PDA de lire à 10m, non pas la puce souhaitée mais l'ensemble des puces de ce type dans ce rayon de 10m, hors ce type de puces est utilisé dans le monde de l'habillement par exemple.
Les performances devront être alors intentionnellement dégradées pour permettre l'utilisation sereine dans le monde du déchet.

LA MEMOIRE DES PUCES :

Quelque soit la fréquence des puces RFID, il est possible de disposer de puces dotées de mémoire interne pour lire et écrire des données. Toutefois, dans le monde du déchets, le besoin d'écrire dans la puce est quasi nul.
Seuls certains prestataires utilisent le principe dit de droits portés pour les accès aux déchetteries, PAV, distributeurs de sacs etc. La puce contient alors, si elle a été programmée, les droits ou interdiction d'usage.
Le seul intérêt est de pallier à l'incapacité du système qui utilise la puce à récupérer et/ou garder en mémoire la liste des puces autorisées (liste blanche) ou l'incapacité à interroger en temps réel, le système où se gère les droits.

En dehors de ce cas exceptionnel, on retiendra que en très grande majorité, seul le code unique ( UID ) inscrit par le fabriquant de la puce est utilisé.
Ce code est représenté en Hexadécimal (lettres de 0 à F) et sa longueur est lié au type de puce.

L'UID est normalement protégé donc non modifiable, mais attention, il existe des puces sur lesquelles l'UID peut être modifié. Il est alors impératif de verrouiller celles-ci pour éviter toute utilisation anormale.


LES MODELES DE PUCE :

LF 125 Khz 5 cms UID 10 caractères
HF 13.56 Mhz 10 cms UID 8 ou 16 caractères
UHF 860 Mhz 10 m UID 16 ou 32 caractères

LES CAS PARTICULIERS :

Pour le gestion des bacs, la  fréquence la plus courante est, en France, le 125 Khz, puis le 13.56 Mhz. Pour le cas spécifique du 13.56 Mhz, il convient de comprendre que la fréquence ne suffit pas à identifier la puce. Elle peut être de type MIFARE mais aussi de type 15693. 

Pour les bacs, s'il s'agit de puces 13.56 Mhz  c'est essentiellement des puces de type 15693 le MIFARE est souvent réservé à la gestion des droits d'accès.

Mais là encore le type 15693, s'il définit le type de puce, il ne définit pas le mode d'utilisation ou de lecture de la puce. Certains prestataires utilisent la mémoire et ne lisent que la donnée propriétaire stockée, à la fabrication, d'autres utilisent le code interne universel et non propriétaire de la puce ou UID.

La fourniture de PDA, et son réglage est alors conditionnée à la bonne identification de la puce et de la donnée à lire. Par sécurité, en 13.56 Mhz, au regard de la difficulté pour la description précise des puces dans les marchés et le constat répété de surprises, nous vous invitons à nous adresser un exemple de puce par fournisseur de puce.